Une nouvelle stratégie de suivi de l'évolution du littoral se met en place. La côte, du Mont Saint-Michel jusqu'à la frontière belge, sera désormais scannée tous les trois ans.

L'opération a débuté sur la côte ouest du Cotentin. Les résultats seront disponibles courant avril. "L'avion vole à 400 mètres d'altitude" indique Julie Pagny, chef de projet au Réseau d'observation du littoral normand et picard (ROLNP) basé à Caen. "Le laser Lidar (Light Detection and Ranging) de l'avion couvre une bande de 400 mètres à l'intérieur des terres, jusqu'à cinq mètres sous l'eau.

Nous avons d'ailleurs survolé la zone de Dunkerque mais, l'eau étant trouble à cause du passage des ferries et des dragages, nous devrons recommencer." En mai et en juin, ce sont les zones situées entre Barfleur et Carentan et Le Havre-Sainte-Adresse qui seront survolées.

Le but de cette stratégie : "Fournir à tous les acteurs (Région, État, chercheurs, décideurs...) des éléments de compréhension de la dynamique du trait de côte à l'échelle pertinente. Avec la fiabilité nécessaire, la pérennité et l'homogénéité (même méthode tous les trois ans permettant de faire des comparaisons sérieuses dans le temps). C'est aussi intéressant pour les spécialistes de la biodiversité".
La fin de cette première opération au-dessus du littoral devrait intervenir avant le début de cet hiver.

La suite de l'article ici.